Un classement absurde et néfaste

Renards, fouines, martres, putois, belettes, corneilles noires, corbeaux freux, étourneaux sansonnets, pies bavardes, geais des chênes : ils sont 5 mammifères et 5 oiseaux présents dans le milieu naturel en France à être classés sur la liste des Esod « Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » au niveau départemental par arrêté ministériel. À noter que les sangliers, lapins de garenne et pigeons ramiers peuvent être classés comme tels par arrêtés préfectoraux, ce qui permet aux chasseurs de garder la main sur la « gestion » de ce « gibier » privilégié.

En grande partie grâce à l’acharnement juridique de l’ASPAS, ce terme de «nuisible» a définitivement disparu des textes en 2018, remplacé par « susceptible d’occasionner des dégâts ». Mais dans les faits, rien n’a changé, puisque ce classement permet l’abattage sans quota de milliers d’animaux par tir, piégeage et déterrage (voir les modalités de destruction). Si l’on se fie aux bilans de piégeage réalisés au cours de la saison 2015-2016, plus de 2 millions d’animaux sauvages pourraient être à nouveau tués par piégeage d’ici le 30 juin 2022 !

 

L’ASPAS s’oppose à la destruction illimitée de nos espèces animales autochtones. Non contents d’être inutiles, ces abattages portent atteinte aux équilibres écosystémiques (destructions en période d’élevage des jeunes, etc.), et sont à l’origine de grandes souffrances (pièges non sélectifs et mutilants, déterrage pour le renard, etc.).

 

L’ASPAS DEMANDE EN URGENCE

  • l’interdiction du déterrage du renard
  • le retrait de la belette et du putois de cette liste
  • la reconnaissance du rôle bénéfique de toutes ces espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines
  • une refonte de la procédure de classement qui est une instruction à charge menée par les chasseurs et dont les données sont invérifiables
  • la mise en œuvre de méthodes alternatives à la destruction pour toutes les espèces
  • l’interdiction de tuer ces espèces en dehors des zones où se trouvent des activités sensibles à leur présence

Selon la loi, une espèce peut être classée « susceptible d’occasionner des dégâts » dans un département pour protéger la santé et la sécurité publiques, la faune et la flore sauvages, certaines activités économiques et la propriété en général. Mais ces classements sont fondés sur des données invérifiables fournies par les chasseurs. Il est temps de recentrer les réflexions sur les moyens techniques à développer pour protéger efficacement et dans la durée certaines activités, plutôt que de privilégier le recours au fusil, facile mais inutile et dénué de toute éthique !

Dans cette logique d’opposition, le service juridique de l’ASPAS saisit la justice pour faire déclasser certaines espèces notamment les petits prédateurs. Depuis 1993, les actions juridiques de l’ASPAS auraient permis de sauver plus d’1 millions d’animaux sauvages.

Pour soutenir la cause de ces dits «nuisibles», vous pouvez également signer la pétition «Pour la défense des nuisibles»

SIGNER LA PÉTITION

Nos dernières victoires

Jugement « Nuisibles » : quelques avancées mais beaucoup d’aberrations !

4 août 2021|

Jugement "Nuisibles" : quelques avancées mais beaucoup d’aberrations! Une poignée de bonnes nouvelles… L’arrêté ministériel du 3 juillet 2019 définissant la liste des animaux considérés comme « nuisibles » partout en France avait été attaqué par plusieurs associations, dont l’ASPAS. Deux ans plus tard, le verdict est ENFIN [...]

Eure : les battues anti-corvidés de 2020 jugées illégales !

16 juillet 2021|

Eure : les battues anti-corvidés de 2020 jugées illégales ! Par un arrêté du 8 janvier 2020, le préfet de l’Eure avait autorisé les lieutenants de louveterie à procéder, jusqu’au 31 décembre 2020, à des battues administratives de jour et à des tirs de nuit pour permettre, sur [...]

Découvrez ces divers animaux qui rivalisent de beauté et d’intelligence. Leur formidable adaptation permet de les croiser en pleine nature malgré l’acharnement dont ils sont victimes. Mais pour combien de temps ?